Les ragots
du cirque

UN CLIENT Naïa? C'est une âme noire! Une tentatrice! Elle veut notre argent... Et lorsque nous serons dépouillés, elle voudra notre mal! Je le sais... Elle se dit magicienne, mais c'est une sorcière! Un amoureuse de Satan! Et toutes les sorcières sont impures! Ne vous laissez pas séduire par ses yeux de braise, et méfiez-vous de son emprise! Il n'y a qu'une démente qui peut jouer avec l'eau ainsi!
UN DOMPTEUR On dit qu'elle est une sauvageonne! Abandonnée depuis la naissance qui se serait fait élevé par un meute de loup. Pas étonnant qu'elle semble autant dérangée...
THERESA DITE FLEISH Zhuang est très anormal. Il pense très différemment des humains si nous établissons une moyenne. Ce qui fait en sorte qu'il y a des chances qu'il ne soit pas humain. C'est logique. Mais il sait faire de la violence alors il est peut-être humain.
LE LIVREUR DE VIANDE Larry, mon collègue, a disparu récemment... Après avoir vu chacun des artistes en scène, je soupçonne celle qu'on appel la Dummy Puppet. Mais oui! Jouer à la stupide et stoïque est le meilleur moyen de ''prouver'' l'innocence! Mais ses yeux inspirent la mort... Je le vois!
UN CLIENT Non mais c'est quoi ces deux tarées?! Espèces de folles!! Je les ai vu, moi, s'évader de l'asile psychiatrique!! Avec du sang sur leurs vêtements... Comment elles ont pu?! Et avec un air de s'en foutre à la con! Je les reconnais!! Oui, une clown avec un parapluie et une autre avec une perruque rose! Si vous voulez mon avis, elles devraient retourner en psychiatrie! C'est là qu'elles appartiennent, pas au cirque!
UN FORAIN MAL INTENTIONNÉ Oui, oui! Un frère, et sa soeur, dans la même caravane! Puis sa soeur a disparue... Tu parles, ouais! C'est clair qu'il s'en ai débarrassée dès qu'il s'est aperçu que Maître Todd laissait sa soeur plus longtemps sur scène que lui, le salaud! Il se fait appeler Prométhéus! Tenez-vous loin de lui, surtout...
UN CUISINIER Cette petite garce aime bien se faire enculer, haha! En tout cas, apparemment qu'elle peut pas dire le contraire... Bin non, elle est muette! Elle traîne beaucoup avec une petite fille... Une vrai salope, je te dis!
CHARLOTTE WEISS Je ne lui fais pas du tout confiance à cette... Ravenna. Je l'ai vue, l'autre jour, et elle... Elle avait un poignard dissimulé sous sa jupe, à sa cuisse! Pourquoi traîner une telle arme en sachant que l'air du cirque est sécuritaire pour tous ses employés? Et aussi... Je l'ai vu, la nuit, rôder en présence d'une amuseur publique... Elle ne me dit rien qui vaille.
∎ Notre chouchou du mois !!
Le membre du mois est NOM DU MEMBRE pour RAISON RAISON RAISON. Le membre a été choisis par LES MEMBRES DU FORUM/LE STAFF. Merci pour votre participation!



 

Partagez | 
 

 la danse des flocons ϟ theresa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rôle : Éblouir le public par ses tours
Age : 23
Messages : 24
Date d'inscription : 11/02/2015


MessageSujet: la danse des flocons ϟ theresa   2015-02-17, 17:36




la danse des flocons

❝ Une immense vague d’eau s’éleva dans les airs, monstrueuse, imposante, terrifiante. Elle semblait voler au dessus des chaises alors vides, comme une vulgaire bulle de savon à l’allure menaçante. La masse translucide stagna ainsi quelques secondes avant de s’éparpiller en un millier de gouttelettes au reflets irisés, qui tourbillonnaient au sommet du chapiteau, minuscules vautours attendant impatiemment leurs innocentes proies. Petit à petit, le mouvement s’accéléra alors que les gouttelettes descendaient au  plus près des chaises. Et sans crier gare, la fine pluie devint de tous petits flocons, presque microscopiques, brillant de milles feux, retombant aussi lentement et gracieusement qu’une plume échappée d’un majestueux oiseau. Leurs mouvements élégants, leur éclat éblouissant et leur finesse ne pouvaient que capter le regard et quiconque assisterait à ce spectacle serait forcément happé par cette danse étourdissante de flocons flamboyant. Magnifique, hypnotisant, mais froid comme la glace. A l’image de leur propriétaire en somme, qui de ses longs doigts graciles, s'agitant doucement dans les airs, les contrôlait à distance, le visage dur et concentré. Alors que les derniers flocons étincelants touchèrent le sol, ses bras revinrent se placer le long de son corps frêle et la demoiselle s'octroya un mince sourire, signe que son numéro lui plaisait. Céleste -ou plutôt Naïa puisque c’est ainsi que les spectateurs la connaissaient- s’attelait à finaliser le numéro qui clôturait son spectacle. Le final devant être grandiose, elle mettait toute son énergie et ses connaissances apprises au fil des années dans cette dernière représentation.
Être la meilleure dans ce que l’on fait, ou ne rien faire du tout, telle était sa façon de penser, acquise au contact de sa chère mère. Depuis toute petite, si la jeune Withinghall n'excellait pas dans ce qu’elle faisait, après une belle humiliation, il fallait passer à autre chose où l’on saurait être la meilleure et ridiculiser quiconque oserait y émettre un doute. Ainsi, après avoir reçut de belles déceptions aux échecs et de nombreuses chutes à l’équitation, la brune se lança dans la couture, qui lui convint moyennement, pour finalement se fixer sur le tennis. Elle n’aimait pas réellement ce sport, mais était indéniablement bonne et sa mère ne lui laissait pas réellement d’autre choix.
Aujourd’hui dans ce cirque, il apparaissait de manière évidente qu’elle était la meilleure pour contrôler l’eau -et elle aimait se dire qu’elle était la meilleure tout simplement. C’était la première fois de sa vie qu’elle faisait quelque chose qui lui plaisait réellement à elle, Céleste. Pas la personne que les autres voulaient qu’elle soit, pas la Céleste de surface, lisse et sans goût, mais elle, la petite chose fragile qui pourrissait au fond de son être. C’était la première fois qu’elle faisait quelque chose parce qu’elle voulait le faire -hormis le regrettable incident du mariage. Certes, si elle décidait soudainement d’arrêter, elle verrait qu’elle n’a pas réellement d’autre choix que de continuer ses numéros, néanmoins en ce moment, au centre de la piste, sous le chapiteau vide de spectateurs, elle se sentait maître de son existence, chose qui ne lui était alors jamais arrivée. Un sentiment de grandeur, de puissance, de force naissait en elle et ne faisait qu’accroître au fil des secondes, engloutissant tout sur son passage tel un raz de marée. Chaque geste, chaque pas, chaque mot qu’elle pouvait faire ou dire n’était plus filtrer pour correspondre aux attentes maternelles. Ils étaient juste produit, comme cela.
La demoiselle prit une grande inspiration et fit quelque chose qu’elle n’avait pas fait depuis un long, très long moment : elle sourit. Un sourire franc, sincère, éblouissant. Sa main droite vint se placer sur le côté gauche de sa hanche tandis que son bras libre s’éleva et que son buste s’abaissa, dans un simple salut de sortie de scène. Dans sa tête résonnaient déjà les futurs applaudissements qui auraient lieux le soir même, lorsque pour la première fois elle se produira au cirque.

Elle se releva précipitamment. La voilà artiste, simple animation sur l’estrade, pas de quoi sourire ou s’emballer après tout. Un air de mépris se posa sur son visage qui était alors si rayonnant. Elle n’était plus qu’un vulgaire amusement qui passait de ville en ville -si tant est que le cirque se déplaçait, ce dont elle avait aucune idée, qui récoltait certes quelque applaudissements, mais qui ne ressemblait en rien au futur dont elle avait rêvé depuis toujours. Elle devrait être marié à un riche français, se pavaner à ses côtés aux soirées mondaines, dépenser des fortunes pour une paire de chaussure dont elle n’aurait même pas besoin. Et la voilà coincée dans un costume pailleté ridicule, mi fée mi princesse certainement, à jouer les guignols pour quelques bourgeois qui ne savaient pas quoi faire de leur week end. Elle était descendue bien bas.

D’un revers de la main elle chassa ses idées noires et commença à ranger le peu de matériel dont elle avait besoin pour être fin prête ce soir. Elle n’avait aucune idée de ce qui pouvait l’attendre et la belle demoiselle fit alors connaissance avec le sentiment d’angoisse et d’insatisfaction. Bienvenue dans le monde des mortels très chère. Elle glissa la grande bassine richement décorée qui lui servait de ressource en eau dans un recoin de la scène, pour l’avoir à porter de main, avant de s'asseoir au centre de la piste, le regard éteint, l’esprit vide. ❞

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

la danse des flocons ϟ theresa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [RP] Sur le pont d'Avignon, on y danse, on y danse...
» Le topic *boom* *part loin* *revient* *danse*
» Couronne de Azor Ahai et danse du démon
» Océanique Danse Avec Nous Bordeaux (VOR 22/02/2010 20h utc)
» tous le monde danse pour les 3 ans de la lOose
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Dark Circus ::  :: Le Chapiteau :: La scène-