AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -49%
Makita P-52093 150 mm hexagonale DIN standard Plat ...
Voir le deal
12.61 €

Partagez | 
 

 Meat my Misery ft. Theresa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurora Valente
Aurora Valente
Ravenna
Rôle : Ravenna
Age : 26
Emploi : clairvoyante.

Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-03-24, 16:23





Meat my Misery


Le voile noir disparait d'un coup et mes paupières collées laissent entrevoir un monde flou et vacillant. Ma respiration est saccadée et mes membres tremblent. Que dire de ce mal de tête, j'ai l'impression que mon crâne comprime tellement mon cerveau qu'il va exploser. Plus ma conscience revient, plus la douleur devient insupportable. Deux éclairs stridents traversent ma poitrine. Mes paupières enfin décollées je parviens à lever les bras et porter mes mains à mon visage. Elles sont tâchées de sang séché. Cette hémoglobine est-ce la mienne ? Ma vision se brouille de nouveau alors que les larmes commencent à couler d'elles-mêmes. Je discerne tout de même un toit ferreux et rouillé. Où suis-je ?

Je porte une main à l'un des endroits où mon corps est un ouragan de douleurs. On dirait une plaie couverte d'un bandage. Je descend la main vers la droite. Une autre plaie couverte. Je tente de me relever, mais échoue lamentablement en hurlant de douleur. Tourner la tête est ma seule option. Des barreaux à gauche, des barreaux à droite. Une prison ? Une cage ? Comment ai-je fait pour atterrir ici ? Aucun souvenir ... attendez ... aucun souvenir du tout ! Quel est mon prénom ? Les larmes coulent de plus en plus et ma respiration s'accélère alors que je réalise que j'ai oublié ma propre identité. J'abandonne, même penser me fait mal. Peut être que tout me reviendra sous peu. Pour l'instant, difficile de se concentrer sur autre chose que la souffrance physique. Je pousse un gémissement. Un second se fait entendre, mais ce n'est pas le miens j'en suis sure. Je ne suis pas seule. Tournant la tête à gauche je m'efforce de voir ce que j'ai raté la première fois. Il semblerait qu'une femme soit également couchée dans une cage, non loin de moi. Je fais un effort pour pousser le son de ma voix.  

"Ça va ?!"



PorcelainDetox





la troppa bonezza finisce nella monnezza. - too much goodness ends up in the trash. RAVENNA.
Revenir en haut Aller en bas
Theresa C. Roderich
Theresa C. Roderich
Fleish
Rôle : Fleish
Emploi : jongleuse
precious, precious blood. À savoir... :
love
your
skin


Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-03-28, 14:33



Je me souviens de ce rêve. Il y avait une biche qui courrait entre les arbres, dans la neige. Puis, elle se retrouvait dans une ville complètement déserte. Elle tremblait et, plus elle avançait, plus des ulcères béants s'ouvraient sur sa peau. C'était insensé, véritable rêve que je n'avais pourtant jamais fait avant. Et elle dut se coucher sur le flanc d'un commerce inconnu pour y mourir longuement. Après ses dernières plaintes, je l'avais fixée pendant une éternité. J'étais figée, j'attendais quelque chose, mais rien ne se déroulait. Alors, je me sentis étrange. Engourdie, et anormalement en dehors de mon corps - même si ça ne veut scientifiquement rien dire! En fait, dans ce cauchemar, je compris que je n'étais pas là, je n'étais pas moi. J'étais la biche. Et là, je suis restée coincée dans l'angoisse longtemps.

Mais c'était qui moi au juste?

J'ouvre les yeux et je me sens haleter. Le sol sur lequel je suis couché est un glaçon géant pour mon dos. En fait, je ne peux pas ouvrir les yeux. Est-ce que j'ai les yeux bandés? Avec le coeur qui bat aussi vite, je me demande si je viens de courir. Mais non, je me réveille d'un rêve. Inquiétant et inhabituel. Avec d'aussi brèves absurdités, je ne veux plus que me concentrer sur la survie qui est la seule chose qui m'importe. Ce qui prouve sans l'ombre d'un doute que je suis vivante. Et que j'ai un cerveau humain, donc que je ne suis pas une biche.

Et pourquoi ai-je besoin de me le convaincre? C'est simplement factuel, pourtant...

«Ça va?!»

Je sursaute et la tension de mon corps me fait un mal général abominable. Voix de femme, à environ trois mètres de moi. Je connais le ton de la voix. Et j'ai soudainement la certitude absolue que mes yeux sont bandés. Pire, encore, je ressens cette horreur dans les pores de ma peau. Quelque chose de froid, perceptiblement métallique, à peine ressentie dans l'immobilité, qui pique jusqu'au nerf le plus profond quand on bouge... c'est des aiguilles. J'ai des aiguilles plantées partout dans le corps. Et j'ignore où, exactement. Je ne les vois pas, je les sens nul part les partout à la fois.

«Non!!»

Je crie à l'étrangère non loin de moi. De sa voix que je connais, qui me demande comment je vais... Une vois familière, des aiguilles d'acuponcture, une odeur d'humidité tenace et de rouille rancie... Je ne suis pas à l'hôpital. Non, c'est impossible. Je ne suis y pas retournée. C'est impossible que ce soit mon infirmière. Il n'y a pas de docteur dans la salle. Les docteurs sont de gros chefs bandits, et rien d'autre!!

«Qu'est-ce que tu m'as fait?!» je lui renchérie comme si ma voix eut été une lame glaciale démontrant les insécurités les plus profondes de mon enfance.

C'est un mouvement sec, et agressif, sans réflexion, que je fais. Je balais drastiquement toutes les aiguilles de mes mains, de mes bras, de mes jambes, de ma figure et ma tête, sous les pieds... Je le fais juste en panique, je m'en pèle la peau. Ce n'est pas grave. Ce n'est aucune blessures majeures. La douleur est incessante et telle que je sens que je vais m'évanouir. La chaleur m'étouffe et le frisson le plus rasant qui soit me pince l'échine jusqu'au creux du vagin. Je ne mets pas plus de temps pour retirer mon bandeau. Et mon regard, qui est peut-être comme celui d'une fille qui va se faire trucider par l'assassin, percute celui de la femme. Qui n'est pas une infirmière.

Je ne pense à rien d'autre sur le moment. Je connais son visage. Je sais, parce que ma mémoire ne s'est jamais trompée de ma vie. Elle est en sang, elle a donc sûrement mal. Ses sourcils sont froncés, et sa bouche est entre-ouverte. Elle doit se sentir en détresse, ou quelque chose comme ça. Je conclus sans faille qu'elle est dans la même situation que moi. Qu'elle est mon alliée, surtout si elle me demande si ça va. J'ai confiance en elle. Je la connais.  

Je n'ai pas besoin de lui demander si elle va bien. elle semble au bord de la mort. Elle, elle a des blessures majeures. Je regarde autour de nous. C'est une cage, et tout est obscur. Je ne reconnais rien d'autre par l'odeur, les sons ou ce que je vois... Mon coeur se pince, alors je diminue le rythme de ma respiration sur un automatisme logique que mon pouls sera diminué par la même occasion. Je sais que le stress est positif et que l'angoisse est nuisible. Je sais faire la différence entre les deux dans mon corps, aussi.

Je me lève, rapidement, comme si je voulais fuir les aiguilles. Je sais qu'elles ne m'attaqueront plus. Qui a fait ça?! Je vais vers la femme en sang. Je la regarde le plus sérieusement du monde.

«Qui t'as fait ça, et où est-il parti? Il faut le tuer. »

J'ai mal partout. je ne sais pas où diriger l'attention de ma douleur, Les trous d'aiguilles se ressentent comme des ecchymoses vives. Je tremble. Mes nerfs ont plus de difficulté à soutenir mes muscles. Ça vient de mon cerveau?! Est-ce qu'ils ont touché à nos cerveaux?!

J'ai même du mal à me rappeler que nous sommes enfermées, carrément prisonnières. Peut-être est-ce que nos cerveaux ont été atteints. Je regarde les bandages de la femme. Comment être certaines qu'ils ne lui ont pas mis un truc dans le corps sans la tuer?

BOOGYLOU



IT IS LOGIC TO BECOME A BEAST


just a beast can kill another beast. you statically might have the chance to kill it before it kills you. — made by boogylou


Revenir en haut Aller en bas
Aurora Valente
Aurora Valente
Ravenna
Rôle : Ravenna
Age : 26
Emploi : clairvoyante.

Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-04-08, 15:14





Meat my Misery


"Qu'est-ce que tu m'as fait?!"
"Qui t'as fait ça, et où est-il parti? Il faut le tuer."


Les mots résonnent dans mon crâne sans que j'en comprenne vraiment le sens. À vrai dire, le temps qui s'écoule entre ma question et la réponse est presque suffisant pour que j'oublie ce que j'ai demandé. La femme se redresse et nos regards se croisent pour la première fois. Je l'observe sans trop porter attention à ce qu'elle fait. Alors que je redirige mon attention vers le plafond rouillé, j'entend ses pas rapides qui font vibrer le métal sous moi.

Ses grands yeux bleus fixent de nouveau les miens et balaient mon corps. Qui m'a fait ça ? Je ne sais pas. Je n'ai même pas la force de me redresser pour voir ce dont elle parle. J'essaie de placer une phrase, mais ma voix se casse et devient inaudible. J'essaie de nouveau.

"Aide-moi à me redresser ..."

Elle porte ses mains sous mon dos et m'aide à me soulever pour que je m'adosse aux barreaux derrière moi. Son visage me semble étrangement familier. Quelle ironie de reconnaître les traits de quelqu'un alors qu'on a aucune idée de notre propre identité. Je soupire. Maintenant redressée, ma tête me fait moins mal et mes neurones s'activent. N'osant regarder mes blessures, j'explore plutôt des yeux la cage qui nous retient prisonnières. Comme si ce n'était pas déjà assez que la serrure soit verrouillée, une énorme chaine serpente les barreaux de la porte pour éviter qu'elle ne s'ouvre. Notre bourreau ne veut définitivement pas que nous puissions prendre la fuite. De toute façon, bouger n'est pas vraiment une option pour moi. Je tourne la tête vers ma compagne et la regarde avec des yeux pleins d'eau.

Je ... je ne sais pas qui je suis ...



PorcelainDetox





la troppa bonezza finisce nella monnezza. - too much goodness ends up in the trash. RAVENNA.
Revenir en haut Aller en bas
Theresa C. Roderich
Theresa C. Roderich
Fleish
Rôle : Fleish
Emploi : jongleuse
precious, precious blood. À savoir... :
love
your
skin


Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-04-09, 14:01



Je la fixai. C'était dire vrai que de dire que je ne voulais pas la toucher. Je n'avais aucune idée comment aider une blessée à se redresser, tel que je n'avais jamais eu la formation. De plus, j'hésitais à sentir le contact agressant de sa peau trop douce et délicate sur la mienne... Ce n'était pas elle. C'était le monde entier. Mais ce qui me décidai, après une hésitation entre le courage et le dégoût, fut de constater que mon aide deviendrait tôt ou tard critique à sa survie. Et que elle devait survivre. Il n'y avait aucun tort à s'en faire une alliée alors qu'on était dans la même circonstance d'être victime impuissante.

C'était décidé, elle était maintenant ma soeur et ma meute.

Je l'aidai à se redresser en soulevant son dos et son tronc de manière à ce qu'elle s'adosse à la cage. J'essayai d'y penser avec le plus d'objectivité qu'un cerveau humain est capable. C'était ok. Je léchai son sang qui avait barbouillé mes doigts et je me positionnai à côté d'elle. Je l'imitai, à observer une seconde fois attentivement mon environnement. Mes pupilles s'étaient habituées à l'obscurité si rapidement...

Il y avait une sortie sans issue, complètement barrée. Et le reste était sombre et... nous semblions être dans une cage sur roue. Le genre qu'on utilise pour les tigres et qui peuvent être employées pour les voyages. Je crus voir l'une des grosse roue dessous nos pieds. Je serrai les dents.

Et puis là, elle parla. Il y eut un déclic dans mon cerveau, je ne sais pas pourquoi. Un voyage dans les neurones, qui n'arrive jamais habituellement... mais je perçus sa voix, et ses mots. Et soudain, oui, je m'entendis dire:

« Les ossements. »

Une émotion que je ne compris pas surgit en moi. Comme une mémoire épisodique impossible - parce que ma mémoire était infaillible - je vis le décor d'un caravane, ou quelque chose du genre qui soit luxueux... Je claquai des dents à plusieurs reprises. Qu'est-ce que je ressentais? On avait joué avec nos cerveaux?!

Je regardai la dame blessée, béate. Je n'avais aucune idée du pourquoi j'avais dit ça. Je continuai mes pensées. Comment elle avait tout perdu? Et moi, qui étais-je, exactement?

...

Je me grattai la tête frénétiquement et une aiguille oubliée tomba. Je ne souvenais pas de mon nom, mais je ressentais l'inconfort et l'inhabitude d'être incapable de se remémorer quoi que ce soit. Pas avant mon rêve, en tout cas. Je l'observai avec sévérité, même si mon visage n'avait sans doute pas bougé.

« Tu ne sais pas qui tu es. Je sais que tu as les ossements. Mais je ne sais pas qui tu es. Et je ne sais pas qui je suis. Mais tu peux me faire confiance. Et je vais te faire confiance. Il ne faut surtout pas se perdre, en ce moment, nous deux. C'est ça que ça veut dire. »

Je dictai d'un ton automatique. Et je demandai en fixant ses plaies :

« Serais-tu capable de marcher? »

Elles saignaient toujours. L'hémorragie était probable.

BOOGYLOU



IT IS LOGIC TO BECOME A BEAST


just a beast can kill another beast. you statically might have the chance to kill it before it kills you. — made by boogylou


Revenir en haut Aller en bas
Aurora Valente
Aurora Valente
Ravenna
Rôle : Ravenna
Age : 26
Emploi : clairvoyante.

Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-04-12, 17:58





Meat my Misery


"Les ossements."


Une fois de plus les mots martèlent mon crâne endolori, mais cette fois une lumière s'allume presque. Pourquoi est-ce que cela me dit quelque chose ? Mes mains se crispent soudainement ; je n'arrive plus à plier les doigts. Ma compagne me demande si je suis capable de marcher et je lui fait signe que non.

Mes phalanges ... pourquoi font-elles si mal soudainement. Je porte mes yeux à mes doigts figés par la douleur. Aucune blessure, que du sang qui ne semble plus si sèche que ça. Mes plaies saignent-elles encore ? Pas le temps d'y penser que mes doigts se mettent à brûler comme du magma en fusion. Je lâche un cri et observe avec incompréhension mes mains.

"Mes ... mes doigts ... qu'est-ce qu'ils ont mes doigts ?!"

Le souffle s'accélère et les larmes recommencent à couler. La panique s'installe et je convulse. J'ai l'impression de brûler vivante et hurle en conséquence. Une douleur supplémentaire s'installe à chaque jointure de chaque doigt. Comme si une lame était entrain de décapiter mes articulations. C'est alors que je les entends crier. Deux petites filles que je n'arrive pas à voir hurlent tellement fort que je n'entend plus mes propres lamentations. Ces cris perçants ont une tonalité familière qui me glace le sang. Je tourne la tête vers ma compagne de mauvaise fortune.

"AIDE-MOI !!! AIDE-MOI JE T'EN SUPPLIE !!!"



PorcelainDetox





la troppa bonezza finisce nella monnezza. - too much goodness ends up in the trash. RAVENNA.
Revenir en haut Aller en bas
Theresa C. Roderich
Theresa C. Roderich
Fleish
Rôle : Fleish
Emploi : jongleuse
precious, precious blood. À savoir... :
love
your
skin


Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-04-13, 20:41



Il y eut un air étrange sur le visage de ma compagne. Je ne sus le décrire, c'était comme de la peur, ou de la douleur, ou des plaintes de cerveau... Je ne sus pas trop en décrire davantage. Et c'est à ce moment qu'elle commença à paniquer.

Je restai stoïque. Je ne comprenais pas pourquoi il y avait une raison de hurler. Puis, elle me demanda ce qui arrivait à ses doigts. Je me penchai sur eux, qui tremblaient et convulsionnaient, avec tout le concerne du monde. Il n'y avait rien. Aucune enflure. Aucune coupure. Ni arthrose. Elle était empoisonnée, peut-être? Mais comment empoisonner seulement les doigts?

C'est alors que deux petites filles se mirent à hurler. Je sursautai. Je n'avais ni reniflé, ni aperçu aucune autre personne dans la cage. Comment était-ce possible?! Je me levai, rapidement. Je sentais mes mains trembler : mes nerfs avaient flanché, ça y est. J'étais nerveuse. Mon cerveau pensait que ma vie était en danger. Il avait probablement raison de croire cela.

Je marchai lentement vers les lamentations. Elles se faisaient de plus en plus aigües, agressantes, et proches. Mais je ne voyais rien dans la pénombre. Absolument rien. Puis, c'est comme si on entendait quelqu'un les achever. Je les entendais mourir, carrément.

C'est là que, dans le coin de la cage, je vis quelque chose ramper par terre. Qui s'approchait en titubant, dans un bruit de rape humide. Ses membres sonnaient désarticulés. C'était quelqu'un... Une fillettes dont les traits étaient cachés par ses cheveux gras et tombants. Elle peinait à se mouvoir pour lentement marcher vers nous. Instinctivement, j'écartai les bras et m'accroupis, en position d'attaque ou de défense, comme pour protéger ma partenaire derrière moi.  

Je ne pouvais cesser de fixer la fillette qui rampait vers moi. Et elle leva un oeil ensanglanté dans le mien. Mon coeur battait vraiment trop vite. Elle me dit, alors, dans une rauque enflure de voix perdue :

« Nous ne sommes pas mortes, tu sais. Nous avons survécues. »

Je la fixai. Elle était immobile, maintenant, et souriait. Je ne savais que faire : foncer, ou aller auprès de mon amie? C'est quand je m'apprêtais à bouger que la cage vrombit et se secoua. Je tombai sur les fesses dans un bruit de gorge encoché. La cage se mis à rouler, tranquillement. Nous étions attachées par des chevaux?! Je me glissai le plus rapidement que je pouvais vers ma partenaire et restait près d'elle, sur les barreaux.

Je regardai partout, partout dans la cage. Il n'y avait désormais plus personne. Où étaient-elles?! Comment étaient-elles sorties?! Je transpirais. Ma voix tremblait. Je ne me résous qu'à la logique en elle-même.

« C'est d-des illusionnistes! Elles d-disp-paraissent... Com-me ça... »

Après avoir revérifié la cage, encore et encore, je tentais de comprendre dans quelle direction nous allions et où étaient les chevaux. Je me redressai et regardai les plaies de ma partenaire qui devaient faire atrocement mal dans tout ces soubresauts que la caravane nous cognait en se dirigeant vers on je savait où.

« Peu importe où nous, allons nous ne sommes pas séparées. »

Évidemment, je ne pouvais deviner l'avenir. Mais je pouvais en déterminer un fait saillant : je ne la séparerai pas de moi.

BOOGYLOU



IT IS LOGIC TO BECOME A BEAST


just a beast can kill another beast. you statically might have the chance to kill it before it kills you. — made by boogylou


Revenir en haut Aller en bas
Aurora Valente
Aurora Valente
Ravenna
Rôle : Ravenna
Age : 26
Emploi : clairvoyante.

Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-04-22, 11:46





Meat my Misery


"Nous ne sommes pas mortes, tu sais. Nous avons survécues."


Le cauchemars se poursuit et s'intensifie. Rampant devant nous, une petite fillette à l'air étrangement familier. Elle dit avoir survécu et n'être pas morte. La cage qui nous abrite vibre lourdement et commence à se déplacer. Ma compagne tombe au sol, déstabilisée. Le temps de réaliser ce qui se passe, les fillettes disparaissent puis les cris cessent.

"Peu importe où nous, allons nous ne sommes pas séparées."

Une partie de moi est soulagée de ne pas être la seule à sentir que la cage se déplace. Tout autour est si sombre, aucune façon pour nous d'avoir une idée de l'endroit où nous sommes. Mon visage se crispe alors que je me redresse un peu plus, toujours adossée aux poteaux d'une cage qui se comporte comme un chaudron volant.Plus aucune sensation dans les doigts depuis que les fillettes ont disparues. Étrange. Mes méninges se bousculent dans une boite crânienne endolorie. Je pense soudainement à un corbeau. Pourquoi diantre est-ce qu'après tout ce qui vient de se passer je pense à un foutu corbeau ? A raven ...

"RAVENNA !! MON SURNOM EST RAVENNA !!"

J'agrippe le bras de la femme et le secoue avec une vigueur nouvelle ; j'ai retrouvé mon nom ! Alors que je célèbre cette petite victoire, quelque chose bougeant au plafond attire mon regard. Du sang. Beaucoup de sang. Une énorme flaque d'hémoglobine se forme au dessus de nos têtes. Étrangement, le liquide rouge ne tombe pas, bien qu'il se multiplie sans cesse. Ma main lâche le bras de la femme et pointe vers le plafond. Des bruits de succions percent le silence de mort, on dirait qu'un vortex profond se forme au centre de la flaque.




PorcelainDetox





la troppa bonezza finisce nella monnezza. - too much goodness ends up in the trash. RAVENNA.
Revenir en haut Aller en bas
Theresa C. Roderich
Theresa C. Roderich
Fleish
Rôle : Fleish
Emploi : jongleuse
precious, precious blood. À savoir... :
love
your
skin


Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-04-24, 20:24



Elle agrippa mon bras et se mis à crier. Plutôt, à parler fort, parce qu'elle n'était dans aucun état abdominal pour proprement hurler. Mais pourquoi diantre s'exclamait-elle ainsi? Avait-elle soudainement perdu de son audition? Ses lèvres s'étiraient. Sans doute était-elle heureuse. Ravenna? Ravenna était son surnom? Retrouvait-elle vraiment de la mémoire? Ce n'était pas un surnom très connu, Raven-

Mon corps se crispa, et se balançai vers l'arrière. Je sentis ma tête se cogner contre le métal du sol de la cage mobile. Je devins aveugle, et ressentais un douleur atroce dans le coin de mes yeux - probablement en révulsion.

Il y eut une série d'images saccadées qui me fournissaient tellement d'informations renouées, dans un temps records si étourdissant que j'en ressentais des convulsions dans tout mon corps. Il y avait une caravane bourrée d'odeur d'encens cérémonial. Il y avait un tas de petits ossements que je suçais en dessous de mes lèvres. Il y avait Ravenna qui me prenait comme alliée, et qui était celle qui comprenait comme moi. Il y avait moi qui parlais exclusivement allemand et qui déambulait presque nue dans les boues du Dark Circus, tellement, tellement affamée...

Fleish!! Fleish!! Fleiiiiiishhh!!

Il eut une pensée très claire, et vive, dans ma tête. Évidemment, c'était nous deux. Nous avions compris. Nous avions été trop loin, dans la logique de leurs plans. Ils nous avaient mise de côté, tentaient maintenant de nous éliminer.

Mon nom est Theresa...

Quand je revins à mes esprits, c'était un plafond de sang qui se présentait devant moi. J'étais couchée aux côtés de Ravenna. Elle semblait voir aussi le plafond de sang. Je le regardai, en clignant des yeux. J'avais l'instinct vif qui me faisais peur que des gouttes me tombent dans les paupières. Mon coeur battais à la folie. J'étais Theresa. Elle était Ravenna. Nous étions coincées.

De ce plafond de sang, je crus halluciner quelque chose en émerger. Quelque chose qui semblait bouger, tourner, qui était trop flou à comprendre. Une vapeur chaude me fouetta le visage, et je me sentis transpirer en peu de secondes. De ce vortex impossible on pouvait voir des ombres mouvantes et torturées. Un bruit de flammes voraces flottait dans mes oreilles. Une voix semblait crier, très très grave, au loin d'un abysse inconnu.

« TRAVERSEZ! TRAVERSEZ SI VOUS OSEZ, POUR RENCONTRER VOTRE VÉRITABLE FORME! DÉFUNTES ET PERDUES, À JAMAIS! ÂMES MAUDITES! »

Pour qui il se prenait? Je reconnus qu'il parlait en latin. Je connaissais le langage, comme n'importe qui ayant été soumis à la religion chrétienne la connaissais.

« Nous allons les tuer. Nous allons les tuer. »

J'étais clouée au sol. J'avais beau essayé de me retirer, je me sentais littéralement crucifiée au sol.

Je vis alors une immense main noir et griffée sortir de ce trou floue. Je criai de stupeur, sans pouvoir me contrôler.

« C'est quoi ça?! » je criai, probablement à ma compagne.

Je me disais que nous allions mourir.

BOOGYLOU




IT IS LOGIC TO BECOME A BEAST


just a beast can kill another beast. you statically might have the chance to kill it before it kills you. — made by boogylou


Revenir en haut Aller en bas
Aurora Valente
Aurora Valente
Ravenna
Rôle : Ravenna
Age : 26
Emploi : clairvoyante.

Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-04-28, 14:48





Meat my Misery


Des voix s'échappent du vortex ensanglanté qui se forme au dessus de nos têtes. Du latin, une langue que je n'ai pas entendue depuis des années. Âmes maudites, défuntes, perdues. À travers toutes ces voix qui s'entremêlent j'entend celle de ma compagne dire son nom. Theresa. Mais oui, elle se nomme Theresa et je la connais ! Une gigantesque main noire et griffée descend vers nous. Il semblerait que les retrouvailles de Ravenna et Theresa devront attendre.

"C'est quoi ça ?!" cria Theresa, visiblement aussi traumatisée que moi.

Je n'essaie même pas de répondre, je suis complètement paralysée par la peur. Mes yeux scrutent l'étrange main, dont la peau aussi sombre que la nuit semble remplie d'écailles. Les griffes sont presqu'aussi longues que les doigts et affutées que des lames. Elle s'avance lentement, comme si elle prenait le temps de savourer la terreur qu'elle cause. Je me sent soudainement attirée par elle, oubliant complètement ma peur et ma douleur. Je me redresse avec une force nouvelle et debout sur mes deux jambes, je lui tend la main doucement. Mes yeux se voilent d'un blanc laiteux et pourtant ma vision est plus parfaite qu'elle ne l'a jamais été.

"Mon âme est tienne, elle l'a toujours été ... montre-moi !" les mots quittent ma bouche en latin.

Ma main touche sa main et puis il me montre. Je vois deux fillettes aux cous tranchés et le sang sur mon visage. Je vois une famille en pleurs et des voyantes décapitées par dizaines. Des forains, des magiciens et Frululu le vagin parlant. Tout cela n'est qu'un aperçu de ce qu'il veut me montrer. Alors que je m'agrippe fermement à l'un des doigts griffés, je baisse la tête vers Theresa encore au sol et lui tend mon autre main.

Viens avec moi Theresa, viens avec nous de l'autre côté ! lui dis-je, les iris d'un blanc pur et le sourire fendu jusqu'aux oreilles.



PorcelainDetox





la troppa bonezza finisce nella monnezza. - too much goodness ends up in the trash. RAVENNA.
Revenir en haut Aller en bas
Theresa C. Roderich
Theresa C. Roderich
Fleish
Rôle : Fleish
Emploi : jongleuse
precious, precious blood. À savoir... :
love
your
skin


Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-04-28, 21:28

Mes yeux étaient magnétisés sur la main géante et agressive. On aurait dit des doigts de... d'humain loup, ou de monstre! Impossible à définir, par sa taille qui ne faisait aucun sens. Les griffes d'un démon!! L'enfer existait-il?! Pourquoi est-ce que me posais la question?

C'est alors que tout aussi improbable se produisit : Ravenna se redressa, du haut de ses cinq pied deux et de son abdomen défoncé. Ses yeux me regardaient, et je les regardais en retour, sans bouger. Je respirais, c'était mes seuls mouvement en fait. Ses globes étaient voilés d'un blanc âcre. Elle était malade? Mais non... Elle était possédée par le démon?!

Ravenna me tendit la main, et me dit de l'accompagner en latin. Mais de quel clan était-elle? Et comment pouvait-elle se mouvoir? Pourquoi voulait-elle que l'on aille là-dedans? Était-ce vraiment Ravenna, toujours? Ça ne pouvait être elle.

« Non!! » je criai d'une voix sur-aigüe en me précipitant vers elle.

Du même élan, je sentis que la cage roulante prenait de la vitesse. Considérablement. Je devais faire vite, ça, je le compris en un instant éclair. Plutôt que de saisir sa main, je la giflai. Et je saisi ses jambes de mes deux bras et la secouai. J'hurlai toujours, les yeux ouverts grands sur le vortex satanique.

« Ravenna! Reviens Ravenna!! »

La cage allait vite, vite, vite... En fait, je crois que nous dévalisions une pente bourrée de rocailles. Et le vortex qui présentait une main qui voulait prendre mon amie qui voulait m'entraîner...

Trop d'informations se percutaient dans ma tête. Je croyais que ma cervelle allait exploser. Puis, une fois à l'accent masculin et totalement anglais retentit dans le creux de mon oreille.

Theresa, you're in danger.

C'était une voix qui provenait de l'intérieur de mon tympan. Mais qui faisait écho, comme dans une immense pièce. La cage roulait tellement vite que je sentait la pression de mon corps se faire pousser par en arrière.

Theresa, you're in danger, girl.

La cage fit un bond et... un énorme drap noir qui nous recouvrait parti au vent pour découvrir un paysage extérieur immense et un précipice, juste sous nos roues. Je sentis mon coeur monter à ma gorge, alors que nous tombions dans le ravin. J'en perdis mon emprise sur Ravenna.

J'eus le réflexe totalement sensé et animal de m'agripper à la main de démon et de la mordre, le plus fortement que ma mâchoire tait capable de le faire. Juste avant que je nous vois percuter le sol en la cage, je me sentis aspirer dans le vortex.

Je me sentis virevolter de tous les côtés, comme si un canon m'avait propulsée en vrille. Et j'étais incapable de respirer. Je grattai ma gorge, ouvrit la bouche le plus grand que je pouvais... impossible de respirer. Cela dura jusqu'à ce que je sente l'apoplexie et...

Mon corps se fracassa lourdement sur un sol terreux. Je me redressai, tout était noir autour de moi. Non, pas le noir! Pas encore, non! Et un projecteur s'alluma dans un bruit stricte sur moi, comme pour répondre à mes supplications intérieures. Je réalisais que mes mains et pieds étaient menottés... Et surtout que Ravenna n'était plus là. Ou en tout cas, éblouie par le projecteur, je ne la voyais pas.

« Ravenna!! » je criai dans le hurlement le plus long que mes poumons pouvaient m'offrir.

C'était de ma faute. Elle était possédée. Dieu savait si je l'avais perdue à jamais. Je n'aurais jamais, jamais dû la lâcher!!


IT IS LOGIC TO BECOME A BEAST


just a beast can kill another beast. you statically might have the chance to kill it before it kills you. — made by boogylou


Revenir en haut Aller en bas
Aurora Valente
Aurora Valente
Ravenna
Rôle : Ravenna
Age : 26
Emploi : clairvoyante.

Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-05-14, 18:24





Meat my Misery


Tout ce dont je me souviens c'est que Theresa s'agrippait à mes jambes et que tout virevoltait intensément. Puis, une force maléfique nous aspirant et plus rien. Le noir total.   

J'ouvre les yeux et les referment immédiatement, emprisonnant des particules de terre dans mes paupières. Ces mêmes particules entre dans mes narines et ma bouche. Je n'arrive plus à respirer, je suis enterrée vivante. La panique s'empare de moi et je bouge du mieux que je peux pour essayer de me dégager. Heureusement, la terre n'est pas compacte et j'arrive à sortir un bras. Je lutte de toutes mes forces pour sortir le second. Toujours en panique, je gratte à la hauteur de mon visage pour le déterrer et l'air finit par entrer de nouveau par ma bouche. Je déterre le reste de mon visage et laisse tomber les bras. Les yeux encore fermés, j'abandonne. Je ne cherche même pas à savoir où je suis et pourquoi j'étais soudainement sous terre. J'entends crier mon nom au loin.

"Je suis ici !!! Vient m'aider !"

Je m'efforce d'ouvrir les yeux doucement en frottant pour essayer de déloger la terre qui s'est logée insidieusement. Le bas de mon corps est encore ensevelie. J'ai cette étrange impression d'avoir atterrie en enfer. Plus étrange encore, il semblerait que mes plaies aient disparues ...




PorcelainDetox





la troppa bonezza finisce nella monnezza. - too much goodness ends up in the trash. RAVENNA.
Revenir en haut Aller en bas
Theresa C. Roderich
Theresa C. Roderich
Fleish
Rôle : Fleish
Emploi : jongleuse
precious, precious blood. À savoir... :
love
your
skin


Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-06-09, 01:07

J’entendis sa voix, son cri déchaîné qui suppliait de mon aide. C’était un échos, qui se répercutait sur tous les murs. Je tentais de comprendre d’où il venait, mais ne faisais que tourner en rond sur moi. Et plus je scrutait l’obscurité, plus je pouvais apercevoir la silhouette d’un public, et l’éclat faible de leurs yeux qui nous regardaient en silence. Difficile à voir nettement avec l’éclat du projecteur directement dans la pupille.

J’allais hurler son nom à nouveau, quand je vis une femme aux cheveux longs et blonds. C’était elle, assise sur une chaise! Je me précipitai vers elle, mais m’arrêtai brutalement et reculai quand elle se redressa : en se levant de sa chaise, elle s’étira à presque quatre mètre de hauteur, d’une maigreur impossible. Je crus qu’elle m’attaquerait, mais elle ne fit qu’étaler sa main squelettique dans la lueur du projecteur. Sa main était perlée des joyaux les plus magnifiques qui auraient appartenu à des sorciers, des mages puissants ou des ensorceleurs maléfiques. Plutôt que de me tuer, elle ouvrit un rideau rouge - que je n’avais pas vu avant, mais comment? - et m’incita à y pénétrer.

Derrière le rideau, je vis Ravenna ensevelie jusqu’à la taille. Elle était éclairée faiblement, mais je la voyais. Je fis une course folle, en évitant tout contact avec le monstre horrible qui fixait d’intensité. Je me précipitai sur ma partenaire, et saisie ses bras pour la tirer de terre. Je suis faible, et sans grand muscle… Je peine à la tirer, et glisse davantage dans la terre humidifiée que je la propulse hors de prise.

« Bouge la terre avec tes jambes!! » je lui dis, sans savoir si elle avait déjà l’instinct de le faire. De ses hanches à ses orteils, Ravenna semblait cadenassée dans le ciment.

J’entendis des pas. Sans lâcher Ravenna, je me retournai pour voir l’être monstrueux marcher lentement vers nous. Cette fois, il tendait ses griffes vers nous, et on pouvait discerner une gueule ouverte sur quelques rangées de crocs salivant de faim.

Qu’est-ce que c’était que cet animal? Cet humain?! Cette chose!! Ce fut une première fois que j’eus la panique prise dans mon estomac. Comment est-ce que j’avais pu tomber dans un piège si naïf?!

Je tirai Ravenna en doublant de force. Après des secondes d’éternités, nous parvînmes à défaire l’emprise de la terre avant que le démon ne nous touche. Nous courûmes vers ce qui me semblait être des coulisses. Jusqu’à ce que les grognements du monstre soient tues. Essoufflée, c’est là que je remarquai le ventre de Ravenna. Mes yeux s’écarquillèrent encore plus qu’ils pouvaient l’être.

« Tu… Tu es… Comment? »

Elle n’avait plus de plaie. Plus de douleur, apparemment. Plus de sang coulant…

« Où sommes-nous?! Ce n’est pas le Dark Circus ici. » je demandai en espoir d’avoir une réponse de la sage guérie.

Je regardais autour de moi, de crainte de voir quoique ce soit ressurgir. Il n’y avait que Ravenna sur qui je pouvait compter, maintenant. Et moi-même, bien entendu.


IT IS LOGIC TO BECOME A BEAST


just a beast can kill another beast. you statically might have the chance to kill it before it kills you. — made by boogylou


Revenir en haut Aller en bas
Aurora Valente
Aurora Valente
Ravenna
Rôle : Ravenna
Age : 26
Emploi : clairvoyante.

Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty2020-06-25, 15:00

Meat my misery



Un silement aiguë envahie mes canaux auditifs alors que la scène se déroule si rapidement. Theresa m'aide du mieux qu'elle peut à m'extirper de cette prison de terre alors qu'une créature aux crocs acérés fonce sur nous. J'agite mes jambes du mieux que je peux jusqu'à ce que mes mouvements deviennent de plus en plus libres. Nous courons. Le monstre disparait au loin.

"Où sommes-nous?! Ce n’est pas le Dark Circus ici."  

Oh comme j'aurais envie d'avoir une réponse pour elle. Tout ce qui se passe depuis le début semble le résultat d'un cauchemars des plus horrifiants. Des apparitions maléfiques, des cornes, des griffes et des dents ... sans compter le sang et le décor qui change constamment autour de nous. De manière réaliste, il ne peut s'agir que d'un mauvais rêve ou d'une hallucination.

"Je n'en ai aucune idée. Theresa tout ça me semble être un cauchemars. L'une de nous deux est forcément entrain d'inventer tout ceci dans sa tête. À moins que ... non ... quelle est la dernière chose dont tu te souviennes avant tout ça ? Avant de te réveiller dans la cage ?"

Serait-ce possible ? Sommes nous mortes et maintenant en enfer ? Je me suis toujours pensée au dessus de Dieu et c'est peut être l'heure que je paie pour mes multiples meurtres. À moins que tout cela soit une de mes visions ? Jamais je ne me suis aventurée aussi loin dans celles-ci. Alors que j'attend la réponse de ma compagne, le sol se met à vibrer à intervalles. Un tremblement de terre.



la troppa bonezza finisce nella monnezza. - too much goodness ends up in the trash. RAVENNA.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

Meat my Misery ft. Theresa Empty
MessageSujet: Re: Meat my Misery ft. Theresa  Meat my Misery ft. Theresa Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Meat my Misery ft. Theresa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Dark Circus :: Sur le site :: Le Chapiteau :: Les cages-